ombres

Ombres

Une grande gare, un lieu de tri, un  carrefour important-dans la ville. Des gens qui vont, des gens qui viennent, inlassablement […]. En ce lieu, évoluent des figures de citadins, bien éduqués et pressés, qui connaissent bien leurs chemins obligatoires, ils ne trébuchent pas, ils ne commettent jamais d’erreurs. Une machine indéfinie et ponctuelle les pousse, ou les traîne, et doucement un brouillard semble les couvrir, les absorber,  estomper et nier leurs contours,  dans une inconscience ouatée et opaque qui, pourtant, ne les arrête pas, qui continue à les pousser en avant,  toujours plus en avant… Vers où rien ne semble avoir d’importance, et on continue- dans les limbes d’un présent sans histoire, sans conflit, sans qualité. On accepte de devenir ombres, et on ne s’en rend pas compte. Sans résistance, sans réactions : même plus hommes-masses, mais plutôt hommes-larves, hommes-fantômes, hommes-ombres qui, peut-être autrefois, étaient des hommes […].

Goffredo Fofi

For images: ©FedericoTummolo

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...